lundi 11 juin 2018

Ecume




Aux sables des jours d’été sans fin
Viennent s’échouer les vagues des temps,
Une à une venues aux rivages, en pleins
Et en déliés, que balaient tous les vents.

Née des vagues déferlantes, bouillonnantes,
L’écume s’envole vers les ciels en devenir.

Jaillie des eaux profondes et grouillantes
De toutes vies, elle s’irise en avenir.

Alors, enroulée en coquillage nacré,
L’écume fuse, s’anime, puis elle danse
A l’infini des instants, à l’éternité
Si fragile des longs jours d’été en partance.



Les Contes et les poèmes oubliés en illustrations
                                                           (amzon.fr et lulu.com)
Enregistrer un commentaire